Un site utilisant Le PHARE de l'UNEQ

La ville de Québec en 1685

Québec vue de la pointe Lévis (W. Peachey, vers 1784)

Québec vue de la pointe Lévis (W. Peachey, vers 1784)

Capitale de la Nouvelle-France, Québec concentre les principaux lieux de pouvoir politique, juridique et religieux. Dominant la ville, le château Saint-Louis contient le logement du gouverneur général (représentant du roi), la salle du conseil, où se prennent d’importantes décisions concernant la colonie ainsi que la cour de justice, la prison et la poudrière. La ville haute abrite également la majorité des institutions religieuses : la cathédrale, le séminaire, le couvent des ursulines, la maison des jésuites, sans oublier l’Hôtel-Dieu tenu par les Augustines. Les notables y élisent aussi domicile.
En 1685, la ville basse est en reconstruction. L’incendie de 1682 a anéanti les deux tiers des maisons. Proche des quais, ce quartier est celui des marchands et des artisans. On y trouve de nombreux cabarets qui abreuvent les marins en escale mais aussi les habitants de la ville, au grand dam des autorités civiles et religieuses.
Plus grande ville de la colonie, Québec compte alors environ 1500 âmes mais aussi plus de 200 bêtes à cornes, 300 moutons et une centaine de cochons. En 1685, la vallée du Saint-Laurent abritait  près de 11 000 habitants français.

Laisser un commentaire

Le code HTML basique est autorisé. Votre adresse email ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à ces commentaires via RSS